Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 22:43

 Le président du MoDem, François Bayrou a annoncé hier sa consigne de vote : « Chacun de mes électeurs votera en conscience» avant d’ajouter que pour sa part, son «jugement personnel», refusant le vote blanc et fustigeant la campagne de second tour du président-candidat qu’il «Rest[ait] le vote François Hollande. C'est le choix que je fais.»

 

En 2007, l'ancien troisième homme de la présidentielle avait refusé de rendre un avis tranché dans l’entre deux tours, ce qui avait précipité l’éclatement du centre.

 

Entre les valeurs et le programme, François Bayrou a finalement choisi d’oublier tout le mal qu'il avait dit des propositions des socialistes et de renier l’histoire du centre et des centristes, celle de l’UDF.

 

 L’héritage du Centre oublié par F. Bayrou

 

 Les centristes sont les héritiers de Montesquieu et de la séparation des pouvoirs. Défendant un nécessaire équilibre des pouvoirs, nous avons toujours prôné une séparation équilibrée à travers la mise en place de pouvoirs et de contre-pouvoirs. Parce que la liberté d’agir doit toujours se confronter au pouvoir d’empêcher, parce que la séparation des pouvoirs permet le compromis sans que soit nécessaire la compromission.

 

Les centristes sont les héritiers de Tocqueville et du libéralisme politique. En effet, la défense des libertés individuelles et l’équilibre qu’implique leur coexistence avec les libertés publiques ont toujours été des combats centristes. Ces combats sont encore aujourd’hui les nôtres, représentants de la famille Centre. L’importance donnée aux corps intermédiaires et au tissu associatif fait également parti de notre ADN.

 

Les centristes sont les héritiers de Benjamin Constant et de la démocratie parlementaire. Nous avons en ce sens toujours défendu l’augmentation des pouvoirs du Parlement, nécessaire contrepoids aux pouvoirs du président de la République, héritage là encore de notre histoire constitutionnelle. Nous avons également toujours défendu le pluralisme politique que le Parlementarisme implique, où en tout cas nécessite, car c’est là encore la recherche d’un équilibre et d’un compromis qui permet à l’action politique d’être plus juste.

 

Les centristes sont les héritiers d’Alain et du radicalisme. En effet, le Centre a toujours placé l’individu au cœur de ses préoccupations. C’est cet humanisme qui influence toutes nos valeurs et tous nos choix politiques, que nous parlions d’Europe ou de discipline budgétaire.

 

Les centristes sont les héritiers de Léon Bourgeois et du solidarisme. Cette responsabilité mutuelle, cette entraide nous a toujours guidé que ce soit en demandant plus d’équité fiscale par une meilleure progression de l’impôt sur le revenu ou en s’impliquant dans la réforme des retraites.

 

Les centristes sont les héritiers d’Emmanuel Mounier et de la démocratie chrétienne. Défendant le progrès social, l’Europe et l’individu, nous n’avons eu de cesse de porter haut ces messages au cours de nos combats législatifs.

 

Les centristes sont les héritiers de Valérie Giscard d’Estaing, de Simone Veil et de l’UDF. Ainsi, le Nouveau Centre tient depuis le début, à faire perdurer toutes ces valeurs.

 

Par son choix, François Bayrou tourne le dos à cet héritage, ainsi qu’à l’histoire du Centrisme qui a accompagné l’avènement puis l’affirmation de la République.

 

Les Valeurs du Centre

 

Aujourd’hui, le Nouveau Centre a vocation à rassembler ceux qui pensent que les valeurs humanistes et sociales doivent trouver leur place dans l’économie de marché. Profondément humaniste, il place l’Homme au coeur de ses réflexions et de son projet politique.

 

A ce titre, le Nouveau Centre est avant tout le parti de la justice et de l’équité, au service des plus faibles, préférant à l’assistanat social des solidarités actives fondées sur les corps intermédiaires (la famille, l’école, les entreprises, les syndicats, les fondations, le mutualisme). C’est fidèle à ces valeurs que le Nouveau Centre a défendu des mesures telles que la création d’un répertoire national du crédit ou la réduction des niches fiscales et sociales. En outre, les centristes sont très attachés à la garantie de l’indépendance de la justice.

 

En second lieu, les valeurs du centrisme sont les valeurs républicaines. Le Nouveau Centre l’a affirmé lors du débat sur l’identité nationale, les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, conjuguées au respect des symboles de la République, doivent favoriser l’épanouissement de chacun au sein d’une même nation. Le Nouveau Centre est partisan d’une laïcité ouverte, garante des valeurs républicaines, susceptible de favoriser le vivre-ensemble, dans le respect des croyances et des opinions de chacun.

 

Le Nouveau Centre est également le parti des libertés : politiques, économiques et sociales, médiatiques, individuelles et collectives. Il défend les droits fondamentaux, y compris au sein des prisons où la privation de liberté doit cesser d’être une privation de la dignité.

 

Enfin et surtout, les valeurs du Centre sont des valeurs européennes. Fidèle à l’héritage de Robert Schuman et de Jean Monnet, le Nouveau Centre est convaincu que la France a besoin d’Europe. Il oeuvre pour une Europe plus politique, véritablement intégrée, à l’opposé de l’Europe intergouvernementale que nous connaissons aujourd’hui. La gravité de la situation actuelle a démontré qu’il ne peut exister de zone monétaire unique sans une gouvernance économique, budgétaire, économique et fiscale des Etats qui partagent la même monnaie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Moïse MOREIRA
commenter cet article

commentaires