Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 10:57

La question du pouvoir d’achat se pose avec d’autant plus d’acuité que la crise voit se succéder les plans de rigueur qui amènent chacun leur lot d’augmentations de la pression fiscale et de diminutions de la dépense publique. Le passage à l’euro, le renchérissement de l’énergie, l’explosion du prix de l’immobilier sont autant de facteurs qui mettent le pouvoir d’achat des Français sous pression. Les classes moyennes, en particulier, doivent faire face à des dépenses incompressibles qui augmentent plus vite que leur revenu, telles que le logement, l’électricité, l’eau, le gaz et les combustibles, qui représentent ensemble 38 % de leurs dépenses, contre seulement 21 % il y a trente ans.

 

Les chiffres clés

- 1,2% en 2010 : c’est l’augmentation du pouvoir d’achat en France, contre 1,6% en 2009.

- Entre 31 % et 37% : c’est la part des dépenses contraintes dans le budget des Français.

- 15 % : c’est l’augmentation du prix de l’énergie en un an.

- L’écart relatif entre les 10% les plus pauvres et les 10% les plus riches a augmenté : les plus modestes touchent 6,7 fois moins que les plus aisés, contre 6 fois en 1998.

- 22 600 étudiants sont en situation de pauvreté grave et durable

- 107 000 étudiants sont en situation de précarité

 

Améliorer le pouvoir d’achat des jeunes en exonérant d’impôt sur le revenu
la 1ère année d’entrée dans la vie active

L’entrée dans la vie professionnelle n’est pas chose aisée. La première année dans la vie active est souvent source de profonds changements : nouveau cadre de vie, environnement professionnel à découvrir, premières relations de travail, installation dans un nouveau logement, passage du permis de conduire, achat d’un premier véhicule, etc.

Pour aider les jeunes à financer ces investissements importants qui s’accumulent lors de la première année de vie professionnelle, Le Nouveau Centre propose d’exonérer d’impôt sur le revenu la première année d’activité pour les jeunes dont le revenu mensuel brut est inférieur à 2 000 euros.

 

Allocation Equivalent Retraite

Le Nouveau Centre, dans un souci d’humanisme, toujours attentif aux droits et conditions de vies des personnes les plus modestes a défendu le rétablissement de l’Allocation Equivalent Retraite qui avait été supprimée le 1er janvier 2011. Il a interpellé le gouvernement à plusieurs reprises, en rappelant qu’au regard du contexte économique, cette suppression n’était pas sans conséquences pour de nombreuses personnes à faibles revenus et qui se trouvent dans des situations personnelles et professionnelles déjà fragiles.

Cette aide était versée aux personnes sans emploi qui justifiaient d'un nombre de trimestres permettant de bénéficier d’une retraite à taux plein, mais n’ayant pas atteint l’âge minimum requis pour la retraite et ayant épuisé leurs droits à l’allocation chômage.

 

Logement

La France fait actuellement face à une crise de l’accès au logement, à une crise du maintien des ménages dans leur logement et à une crise de la mobilité résidentielle.

Aussi les priorités du Nouveau Centre en matière de logement se sont-elles tournées d’une part vers le soutien de l’accession à la propriété à travers le soutien du prêt à taux zéro au plus fort de la crise afin d’épauler en priorité les ménages modestes et les primo-accédants, d’autre part, vers la construction de logements sociaux.

 

Revenu de Solidarité Active (RSA)

Le Nouveau centre a largement inspiré la généralisation du RSA. Pour ses députés, le RSA permet à ses bénéficiaires un accompagnement personnalisé organisé par un référent unique, capable d’optimiser les perspectives d’insertion professionnelle et sociale.

Au total, ce sont plus d’un million et demi de travailleurs pauvres qui recevront un complément de revenus leur permettant de vivre dignement des revenus de leur activité.

Aussi, le groupe Nouveau Centre a contribué à enrichir le texte au travers d’un nombre substantiel de ses amendements : le plafonnement des niches fiscales pour financer le dispositif, l’évaluation de l’impact du RSA sur le recours au temps partiel, la prise en compte de l’ensemble des acteurs participant à l’insertion professionnelle, la plus grande souplesse des contrats aidés pour favoriser l’insertion des bénéficiaires afin que les bénéficiaires de contrat aidés puissent suspendre leur contrat pour exercer un stage ou une période d’essai chez un autre employeur. Au Nouveau Centre, nous avons toujours considéré que le seul véritable rempart contre la paupérisation de nos concitoyens, c’est le travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by Moïse MOREIRA
commenter cet article

commentaires